Ce que l’on sait de l’agression au couteau d’une étudiante à l’université Paris-Cité

NOUVELLES

L’état de la victime s’est stabilisé dans l’après-midi. L’auteur présumé des faits a quant à lui été interpellé et placé en garde à vue, avant d’être hospitalisé en vue d’une opération.

Une jeune femme a été victime d’une agression au couteau ce mercredi midi, au campus de l’université Paris-Cité, dans le quartier Saint-Germain-des-Prés. Dans un premier temps engagé, son pronostic vital s’est finalement stabilisé.

L’auteur présumé des faits a quant à lui été interpellé après avoir pris la fuite. Une enquête pour tentative d’homicide volontaire a été ouverte.

· L’état de la victime stabilisé

La victime, une étudiante de 32 ans de nationalité algérienne, a été attaquée au couteau vers midi ce mercredi, alors qu’elle sortait d’un ascenseur de l’université Paris-Cité, située dans le 6e arrondissement de Paris.

Elle a été prise en charge par les secours, et son pronostic vital était dans un premier temps engagé lors de son arrivée à l’hôpital. Ses jours ne sont désormais plus en danger.

L’auteur présumé des faits, un homme de 25 ans originaire de la région parisienne, avait pris la fuite après l’agression. Il a finalement été interpellé peu de temps après et placé en garde à vue. Il a par la suite été hospitalisé « en vue d’une opération », a précisé le parquet.

· La piste du différend privé privilégiée

Une enquête pour tentative d’homicide volontaire a été ouverte, les investigations ont été confiées au 3e district de la police judiciaire.

Deux couteaux susceptibles d’avoir été utilisés pour commettre l’agression ont été retrouvés à proximité des lieux: l’un dans l’enceinte de l’université, l’autre dans une poubelle à l’extérieur.

Les premiers éléments de l’enquête permettent d’établir que la victime et l’agresseur présumé fréquentaient le même établissement universitaire, mais la nature exacte de leur relation n’a pas encore été définie.

L’enquête privilégie pour le moment un différend d’ordre privé.

· Une cellule psychologique mise en place

Une cellule médico-psychologique du Samu de Paris a été mise en place au sein de l’université. Cette dernière a réagi dans l’après-midi sur les réseaux sociaux, se disant « sous le choc ».

Le 7e étage du bâtiment où se sont produits les faits est « neutralisé » dans le cadre de l’enquête, précise l’université.

La ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, s’est rendue sur place en fin d’après-midi. Elle a exprimé un soutien « fort » à la victime et aux étudiants, déclarant que les universités doivent être des « lieux protégés ».

« Quand un étudiant vient à l’université, il doit travailler sereinement, il doit travailler en sécurité », a-t-elle déclaré.

Plusieurs étudiants ont témoigné au micro de BFM Paris-Île-de-France, expliquant qu’ils étaient restés confinés en classe pendant une trentaine de minutes après les faits. Sur les réseaux sociaux, plusieurs déplorent le manque de communication de l’université concernant les faits, et demandent à l’établissement de revoir sa copie en matière de sécurité.

Constance Bostoen avec Laurène Rocheteau



Lien sûr https://www.bfmtv.com/paris/ce-que-l-on-sait-de-l-agression-au-couteau-d-une-etudiante-a-l-universite-paris-cite_AV-202301250775.html

Rate article